Comment bien investir en loi Malraux ?

Apparue en 1962, la loi Malraux est un dispositif fiscal créé par un ancien ministre des affaires culturelles nommé André MALRAUX. Elle a pour vocation de préserver le patrimoine architectural et historique de France. Une réduction d’impôt est donc accordée dans le cadre de la rénovation d’un bien immobilier ancien, situé en plein centre-ville.

Les raisons pour lesquelles investir en loi Malraux

D’un point de vue général, les gens recourent à l’investissement en loi Malraux en raison de l’avantage fiscal qu’elle génère. Le taux de réduction de 30 % est, en effet, très intéressant. En plus, il n’entre pas dans le plafond des niches fiscales. Ce qui implique que le montant à déduire de l’impôt sur le revenu peut atteindre la valeur de 30 000 € par an. D’un autre côté, la loi Malraux permet aussi de diversifier son patrimoine et le transmettre à la génération future. Les loyers perçus chaque mois constitueront un revenu régulier et croissant. En plus, elle assure la valorisation du capital investi.

Cependant, l’État a établi quelques règles pour bénéficier de ces avantages. De prime abord, l’investissement ne concerne que certaines zones géographiques et certains types d’immobiliers. Aussi, le propriétaire doit se porter garant de la rénovation du bien en question. Il s’agit bien d’une réhabilitation complète. Il a ensuite 12 mois à compter de la date d’achèvement des travaux pour trouver un occupant à ce bien, et ce sur une durée de 9 ans à titre de résidence principale.

Les différentes façons de s’investir en loi Malraux

Investir en loi Malraux consiste à acquérir un logement de caractère au sein d’un secteur protégé, mais cela coûte une fortune. À cet effet, elle n’est pas faite pour tout le monde. D’un autre côté, il faut aussi penser aux travaux de rénovation obligatoires, à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison. L’argent est donc la base de cet investissement.

Néanmoins, vous pouvez vous lancer à condition d’être domicilié en France sur le plan fiscalité. Si vous avez de quoi vous investir tout seul, c’est parfait. Autrement, il est possible d’effectuer l’achat par le biais d’une SCI (Société Civile Immobilière) ou SCPI (Société Civile de Placements Immobiliers). À noter que chaque membre d’une SCPI peut décider de s’investir personnellement.

En ce qui concerne l’avantage fiscal, il garde le même principe que le Malraux classique. Plus, votre tranche d’imposition est élevée, plus vous êtes privilégiés dans le cadre de la loi Malraux.

Comment assurer une bonne rentabilité ?

Si vous voulez que votre investissement en loi Malraux soit fructueux, vous devez faire en sorte que l’endroit où est installé le bien immobilier présente un potentiel locatif. Une ville peuplée de plus de 50 000 habitants sera donc plus favorable.

Il faut éviter de vous pencher uniquement sur la réduction d’impôt, car ce n’est qu’une stratégie de l’État pour vous pousser à faire un investissement dont vous n’aurez pas fait de votre gré. Ainsi, quand l’avantage fiscal arrive à son terme, votre projet risque fort de ne plus être rentable.

La qualité du promoteur n’a pas vraiment d’importance dans le cadre de l’investissement Malraux. Tout ce qu’il faut, c’est sa capacité à assurer les travaux de rénovation. Proportionnellement à cela, tâchez de ne pas surpayer le programme immobilier.

Sur le plan financier, l’autofinancement n’est pas une très bonne idée. Au contraire, il vaut mieux emprunter sur une longue durée sachant que les intérêts d’emprunt sont imputables sur le revenu imposable.